ANRS 12256 - RECAMO

Prévalence et caractérisation virologique des doubles infections VIH-1 M+O et des formes recombinantes VIH-1 M/O associées ou non à une double infection, circulant au Cameroun

Investigateur(s)/Coordinateur(s) 

Investigateurs principal Sud : AnfumbomKfutwah : Centre Pasteur du Cameroun, Yaoundé, Cameroun. Service de Virologie et Service d’Epidémiologie et Santé Publique.

Investigateurs secondaires :

  • Patrice Tchendjou
  • Valérie Ngono
  • Laure Ngono
  • Paul Alain TagnouokamNgoupo

Investigateurs principal Nord : Jean-Christophe Plantier Laboratoire de Virologie du CHU de Rouen, France

Investigateurs secondaires :

  • Fabienne De Oliveria
  • Marie Leoz

Contexte et Objectifs

Les raisons de la non diffusion du VIH-1 groupe O dans la population sont toujours mal comprises. La mise en évidence du processus de recombinaison M/O soulève la question des conséquences de ce phénomène sur l’évolution de l’épidémie à VIH-1/O. Si l’on se base sur la pandémie à VIH-1/M‚ ce phénomène de recombinaison accroît fortement la diversité virale au sein du groupe partout où coexistent plusieurs souches. Ces virus recombinants sont viables et peuvent diffuser largement. Les recombinants VIH-1/MO nécessitent au préalable l’existence de doubles infections. Étant donné la prévalence respective des VIH-1/M et des VIH-1/O au Cameroun, il y a une probabilité non négligeable de risque de doubles infections. Il a été démontré que la forte diversité génétique du VIH-1/O posait des problèmes de diagnostic avec certains tests sérologiques. De plus, ces virus sont naturellement résistants aux INNRT du fait de la présence de la mutation Y181C dans le gène de la reverse transcriptase. Les formes recombinantes impliquant une ou plusieurs régions ou fragments du VIH- 1/O, pourraient donc conduire à un diagnostic erroné et/ou à une prise en charge inadéquate de l’infection, augmentant ainsi le risque d’échecs thérapeutiques.

Il est donc nécessaire de définir la prévalence réelle des doubles infections réplicatives associées ou non à un recombinant, par rapport à la prévalence des mono-infections VIH-1/O et VIH-1/M. Il est également important de déterminer le pourcentage de recombinants présents, en particulier parmi les doubles infections VIH-1/M+O, et la capacité réplicative de ces recombinants.

Durée (en nombre de mois): 
24

 

Avancement

Les inclusions ont débuté en mars 2013 et se sont achevées en juin 2015. 275 patients infectés par le VIH ont été inclus parmi lesquels 29 (10,5 %) présentaient une double réactivité en sérotypage VIH-1/M+O, 47 (17,1%) une mono-réactivité VIH-1/O et 199 (72,4%) une mono-réactivité VIH-1/M. Des PCR spécifiques de groupe VIH-1/M et VIH-1/O ciblant les gènes de la polymérase (Protéase, Reverse transciptase et Intégrase) et l'enveloppe (GP41) et une PCR encadrant le gène vpr, ont été réalisées pour tous ces patients.

 Les RT-PCR spécifiques ont confirmé une mono-infection VIH-1/O pour 50 patients (17%) et VIH-1/M pour 215 (79%); pour 3 patients (1%), les RT-PCR étaient négatives. Des doubles infections ont été identifiées chez 4 patients (1,4%) et la présence de recombinants chez 3 patients (1,1%). Le premier recombinant présentait deux points de cassure (vpu et LTR) et était associé à une forme parentale VIH-1/M. Les deux autres recombinants avaient deux points de cassure (vpr et LTR) sans forme parentale associée. La forte similarité entre ces deux recombinants identifiés au sein d’un couple a permis de décrire la transmission directe du virus entre les deux individus. Les profils de recombinaison [OM-O-M], identiques pour les trois cas étaient sans lien avec les autres recombinants déjà décrits.

Nos résultats démontrent la circulation des recombinants VIH-1/MO au Cameroun à une fréquence pour l’instant faible. Ils sont détectés tant dans les cas de doubles infections VIH-1/M+O, que dans les mono-infections VIH-1/O. La confirmation d’une transmission directe d’une forme recombinante « isolée » au sein d’un couple démontre la viabilité et le potentiel de diffusion de telles formes. Ceci constitue la première étape dans l'évolution vers de possibles formes recombinantes circulantes «CRF_MO».

Publications réalisées 

A-Quatre communications affichées (Posters) :

  1. PA Tagnouokam Ngoupo, F De Oliveira, SA Sadeuh-Mba, L Ngono, E Ngo Malabo, E Akongnwi, P Tchendjou, V Ngono, R Njouom, JC Plantier, A Kfutwah. HIV-1 groups M+O dual infections and HIV-1/MO recombinant forms circulating in Cameroon. 21th International AIDS Conference (AIDS 2016). 18-22 July 2016 Durban, South Africa. Poster N° PEA007
  2. PA Tagnouokam Ngoupo, F De Oliveira, SA Sadeuh-Mba, L Ngono, E Ngo Malabo, E Akongnwi, P Tchendjou, V Ngono, R Njouom, JC Plantier, A Kfutwah. Doubles infections VIH-l/M+O et formes recombinantes VIH-l/MO circulant au Cameroun. 8e Conférence Internationale Francophone VIH/Hépatites (AFRAVIH 2016). 20 au 23 avril 2016, Bruxelles, Belgique. Poster N° PJ276
  3. Paul Alain Ngoupo, Serge Alain Sadeuh-Mba, Fabienne De Oliveira, Valérie Ngono, Laure Ngono, Patrice Tchendjou, Véronique Penlap Mbeng', Richard Njouom, Anfumbom Kfutwah, Jean-Christophe Plantier. Evidence of Intra-Familial Transmission of an HIV-1/MO Intergroup Recombinant Virus. 22nd Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI 2015). February 23 - 26, 2015, Seattle, Washington, USA. Poster N°233
  4. Paul Alain Ngoupo, Serge Alain Sadeuh-Mba, Fabienne De Oliveira, Valérie Ngono, Laure Ngono, Patrice Tchendjou, Véronique Penlap Mbeng, Thomas Mourez, Richard Njouom, Anfumbom Kfutwah, Jean-Christophe Plantier. Evidence of Intra-Familial Transmission of an HIV-1/MO Intergroup Recombinant Virus. Scientific Symposium of the Institute Pasteur International Network, Institute Pasteur Paris. October, 14-16, 2015, Paris, France. Poster N°58

B- Un article

Ngoupo PA, Sadeuh-Mba SA, De Oliveira F, Ngono V, Ngono L, Tchendjou P, Penlap Mbeng V, Mourez T, Njouom R, Kfutwah A, Plantier JC. First evidence of transmission of an HIV-1 M/O intergroup recombinant virus. 2016. AIDS. Jan 2; 30(1):1-8.

Perspectives

  • Recommander un algorithme simple de détection séro-moléculaire des doubles infections et formes recombinantes MO
  • Améliorer la prise en charge de suivi virologique et thérapeutique chez les patients infectés par ces formes
  • Surveiller l’émergence d’une forme circulante épidémique «CRF_MO».
InfVIH ED EM
Situation Actuelle: 
En cours