ANRS 12217 - VEDIAG

Co-infection à VIH-1 et à CMV chez des enfants de moins de 18 mois, nés de mère VIH positives au Cambodge, au Vietnam, au Cameroun et en République Centrafricaine : Faisabilité du codiagnostic sur Dried Blood Spot (DBS) et développements possibles.

 

Contexte et Objectifs

Contexte
Les données de la littérature suggèrent que la co-infection par le CMV aggrave le pronostic des enfants infectés par le VIH. En effet, dans l’étude de Doyle et collaborateurs, les enfants co-infectés par le CMV avaient des taux de CD4 significativement plus bas que les enfants infectés uniquement par le VIH. De plus, Kovacs et collaborateurs ont montré que ces enfants co-infectés évoluaient vers un stade SIDA de classe C dans 70% des cas alors que cette évolution défavorable n’était constatée que chez 30% des autres enfants VIH. De même une étude au sein de la cohorte pédiatrique française a montré, que parmi les enfants infectés par le VIH, ceux qui étaient infectés par le CMV avaient significativement plus de signes cliniques anormaux à la naissance (23%) que ceux qui n’étaient pas co-infectés par le CMV (8%). Parmi les enfants Sud-africains infectés par le VIH, la co-infection par le CMV était non seulement associée à une chute 2 fois plus rapide des CD4, mais aussi à une moins bonne reconstitution des CD4 un an après l’introduction d’une trithérapie. Au total, le diagnostic précoce de l’infection à CMV chez des enfants VIH pourrait permettre d’orienter et renforcer une décision de mise sous traitement ARV de ces nourrissons, à haut risque de morbidité et mortalité avant l’âge de 2 ans. Considérant l’impact de ces deux infections, un diagnostic simultané de ces virus à partir d’un même extrait serait bénéfique.
 
Les Objectifs Principaux 
  • Evaluer la faisabilité du co-diagnostic des infections à VIH et à CMV sur dried blood spot (DBS) à partir d’un même extrait d’ADN (Chelex) chez des enfants nés de mères infectées par le VIH, de la naissance à l’âge de 18 mois, dans 4 pays du Sud (Cambodge/Vietnam, Cameroun/République centrafricaine).
  • Evaluer la prévalence de l’infection à CMV chez des enfants nés de mère infectée par le VIH de la naissance à l’âge de 18 mois dans ces 4 pays du Sud.
Les Objectifs Secondaires
  • Comparer la prévalence de l’infection à CMV dans le groupe des enfants infectés par le VIH à celle obtenue dans le groupe des enfants non infectés par le VIH, en regroupant les données des 4 sites, notamment ceux d’Afrique, où la prévalence de l’infection à VIH chez la femme enceinte est plus forte qu’en Asie du Sud Est et où les risques de transmission mère enfant du VIH sont plus élevés.
  • Evaluer la prévalence de l’infection congénitale à CMV par rapport à celle de l’infection post-natale dans les sites où le diagnostic très précoce est réalisé chez les enfants nés de mère infectée par le VIH.
  • Apprécier le ressenti des parents vis-à-vis du diagnostic très précoce de l’infection à VIH de leurs enfants.
Durée (en nombre de mois): 
12

 

Avancement

Un contrôle qualité a été organisé par le Laboratoire de Virologie Hôpital Necker-Enfants-Malades à Paris avant le début de l’étude. Ce contrôle qualité a été validé par tous les groupes avant le début effectif de l’étude. Toutes les analyses de laboratoire ont déjà été achevées dans tous les quatre sites d’étude. Toutes les analyses statistiques ont également déjà été effectuées et tous les sites se préparent pour la publication des résultats obtenus.
 

Perspectives

Ce travail pourrait s’étendre à l’étude de l’impact des infections à CMV (in utero et post natales) chez les enfants et autres réponses immunes chez les enfants spécialement ceux co-infectés par CMV/VIH au Cameroun.
InfVIH
Situation Actuelle: 
Terminé